Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 14:31

Appendre le portugais du Brésil (brésilien)
 
Voici une méthode d'apprentissage rapide, ludique et pédagogique. Pour ceux qui n'ont pas la possibilité de faire le voyage au Brésil dans l'immédiat, d'être en contact régulier avec un(e) lusophone, de prendre des cours de brésilien, pour ceux qui projettent de faire le voyage, ou qui veulent tout simplement comprendre la culture brésilienne... ce livre fera des heureux en très peu de temps!!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 19:06
Le programme en dix points du Black Panther Party for Self-Defense


1. Nous voulons la liberté. Nous voulons le pouvoir de déter­miner la destinée de notre communauté noire.

Nous croyons que le peuple noir ne sera pas libre tant qu'il ne pourra pas déterminer sa destinée.


2. Nous voulons le plein emploi pour notre peuple.

Nous pensons que le gouvernement fédéral est responsable et obligé de donner à chaque homme un emploi ou un revenu garanti. Nous pensons que si l'homme d'affaires blanc ne per­met pas le plein emploi, alors les moyens de production devront lui être retirés et confiés à la communauté afin que le peuple puisse s'organiser, employer tout le monde et permettre de meilleures conditions de vie.


3. Nous voulons que cesse le pillage de la communauté noire, ­par les Blancs.

Nous croyons que ce gouvernement raciste nous a volés et aujourd'hui nous demandons ce qui nous est dû, quarante acres et deux mules. Quarante acres et deux mules, c'est ce qu'on nous a promis il y a cent ans, en réparation pour le travail des esclaves et le meurtre massif du peuple noir. Nous accepterons un paiement en argent, qui sera distribué à nos nombreuses communautés. Les Allemands aident aujourd'hui les Juifs en Israël. Les Allemands ont assassiné six millions de Juifs. L'Amérique a pris part dans l'assassinat de plus de cinquante millions de Noirs; c'est donc une modeste requête que nous faisons.


4. Nous voulons des logements décents conçus pour abriter, des êtres humains.

Nous croyons que si le propriétaire blanc ne donne pas de logements décents à notre communauté noire, alors les logements et la terre doivent devenir des coopératives pour que notre communauté, avec l'aide du gouvernement, puisse construire des logements décents pour les siens.


5. Nous voulons l'éducation de notre peuple, un enseigne­ment qui nous apprenne la véritable nature de la société américaine décadente. Nous voulons un enseignement qui nous apprenne notre véritable histoire et notre rôle dans la société d'aujourd'hui.

Nous croyons en un système éducatif qui donne à notre peuple une connaissance de soi. Si un homme ne sait rien de lui même ni de sa position dans la société et dans le monde, il n'a que peu de chance de se lier à autre chose.


6. Nous voulons que tous les Noirs soient exemptés du ser­vice militaire.

Nous croyons que les Noirs ne devraient pas être forcés de se battre pour un gouvernement raciste qui ne nous défend pas. Nous ne nous battrons pas contre d'autres peuples de couleur qui, comme les Noirs, sont les victimes du gouvernement raciste de l'Amérique blanche. Nous nous défendrons contre la force et la violence de la police et de l'armée racistes, par tous les moyens nécessaires.


7. Nous voulons la fin immédiate de la BRUTALITÉ POLICIÈRE et du MEURTRE des Noirs.

Nous croyons que nous pouvons mettre fin à la brutalité policière dans la communauté noire en organisant des groupes d'autodéfense dédiés à la défense de la communauté noire contre l'oppression et la brutalité de la police raciste. Le second amendement de la Constitution des États-Unis donne le droit de porter des armes. Nous pensons donc que tous les Noirs devraient s'armer pour l'autodéfense.


8. Nous voulons la liberté pour tous les hommes noirs détenus dans les prisons fédérales, d'État, de comté et municipales.

Nous croyons que tous les prisonniers noirs devraient être libérés des nombreuses prisons car ils n'ont pas reçu de pro­cès juste et impartial.


9. Nous voulons que tous les Noirs, lorsqu'ils comparaissent devant un tribunal, soient jugés par un jury composé de leurs pairs, ou par des gens issus de la communauté noire, comme le stipule la Constitution des États-Unis.

Nous croyons que les tribunaux devraient suivre la Con­stitution des États-Unis pour que les Noirs puissent recevoir des procès justes. Le quatorzième amendement de la Consti­tution américaine donne à chaque homme le droit d'être jugé par un jury composé de ses pairs. Un pair est une personne qui a des origines économiques, sociales, religieuses, géogra­phiques, environnementales, historiques et raciales similaires à celles de l'accusé. Pour cela, le tribunal devra choisir un jury de la communauté noire dont est originaire l'accusé. Nous avons été, et sommes toujours jugés par des jurés blancs qui n'ont aucune compréhension de la communauté noire et de ce qu'il se passe dans l'esprit de l'homme noir moyen.


10. Nous voulons de la terre, du pain, des logements, un enseignement, de quoi nous vêtir, la justice et la paix (et comme principal objectif politique: un plébiscite supervisé par l'Organisation des Nations unies, se déroulant dans la colonie noire et auquel ne pourront participer que des sujets noirs colonisés afin de déterminer la volonté du peuple noir quant à sa destinée nationale).


Le programme du BPP sera réactualisé en 1972.


 

 

Retour à la liste des livres


 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 19:03


Esclave importé d'Afrique, objet brusquement plongé dans une société puritaine et rationaliste, le Noir n'a pas d'âme aux yeux des meilleurs chrétiens. Il s'en fait une en la chantant. Les autres arts n'ont pas survécu à la déportation. Mais la musique renaît d'elle-même, infati­gablement. Et, de la mélopée qui couvre les champs de coton aux trompettes les plus célèbres de Harlem, ses rythmes successifs racontent l'histoire du peuple noir aux Etats-Unis.

Le peuple du blues est un témoignage et un essai. C'est le premier livre sur le jazz d'un écrivain noir qui fut hier l'un des dandys les plus en vue de Greenwich Village et qui est, par la plume et l'action, profondément engagé dans la révolution noire. Au-delà de cette étude musicologique, ce livre permet de comprendre énormément de subtilités de la capoeira traditionnelle et de son évolution actuelle.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 18:54


« Les nôtres ont tous les mêmes buts, les mêmes objectifs : la liberté, la justice, l'égalité. Tous, nous voulons être reconnus et respectés en tant qu'êtres humains. Nous ne voulons pas être intégrationnistes. Nous ne voulons pas non plus être sépara­tistes. Nous voulons être des êtres humains. L'intégration n'est qu'une méthode utilisée par certains groupes pour obtenir la liberté, la justice, l'égalité et le respect dû à l'homme. La sépa­ration n'est qu'une méthode utilisée par d'autres groupes pour obtenir la liberté, la justice, l'égalité et la dignité humaine.

Les nôtres ont commis l'erreur de confondre méthodes et objectifs. Tant que nous sommes d'accord sur les objectifs, nous ne devons jamais laisser la discorde s'installer entre nous, sous le seul prétexte que nous sommes en désaccord quant à la mé­thode, à la tactique ou à la stratégie qui doit nous permettre d'atteindre l'objectif commun.

Nous ne devons jamais oublier que nous ne luttons pas plus pour l'intégration que pour la séparation. Nous luttons pour être reconnus en tant qu'êtres humains. Nous luttons pour avoir le droit de vivre en hommes libres dans cette société. En vérité, nous luttons aujourd'hui pour des droits plus importants en­core que les droits civiques, nous luttons pour les droits de l'homme .... »


X, Malcolm, Le pouvoir noir, Paris, 2002


 


Retour à la liste des livres


 
 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 18:51
 
Peau noire, masques blancs

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique. car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d'avenir.

Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l'homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d'intel­lectuels du tiers monde.


Frantz Fanon

Né en 1925 à Fort-de-France Médecin-chef de l'hôpital psychiatrique de Blida, il est expulsé d'Algérie en 1957 et s'installer à Tunis où il reste lié avec les dirigeants du GPRA. Il meurt à New York en 1961 après avoir publié deux autres ouvrages consacrés à la révolution algérienne et à la décolo­nisation.

 


Retour à la liste des livres




Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 18:49


« En droit, « tout crime exige réparation ». Or, voici que, selon le Par­lement, l'imprescriptibilité de ce crime contre l'humanité n'implique pas l'obligation juridique de réparation, mais un devoir moral de mémoire. En chargeant le tribunal de la conscience de ce qui relève du prétoire, d'une seule pirouette le législateur a condamné pour la galerie ce qu'il absolvait par la loi. Devons-nous nous en tenir à jamais à la forte parole de Tocqueville lors de l'abolition de 1848 : « Si les nègres ont le droit de devenir libres, il est incontestable que les colons ont droit à ne pas être ruinés par la liberté des nègres» ?

Que le sérieux advienne. L'imprescriptibilité exige la réponse à trois questions, et à trois seules, une fois le crime défini :


Que doit-on réparer?

 

Qui doit réparer?

 

Comment réparer?


On doit réparer tout ce qui, dans le crime en question, est juridique­ment pondérable, mesurable, quantifiable.

Non la valeur infinie des vies interrompues. Non l'immensité inénar­rable de la tragédie sur la vastitude du sol africain, tout le long de l'in­terminable traversée de l'océan, sur chaque pied et chaque coudée des mouroirs insulaires et continentaux. Non la sauvagerie au quotidien. Non l'asservissement sexuel. Le vécu viscéral, existentiel, psychique, charnel de cette tragédie déborde la grammaire du droit et n'est aujour­d'hui pondérable que dans le trouble effaré et muet des consciences.

Sont quantifiables les heures et les jours, les mois et les années, les décennies et les siècles d'esclavage. Quantifiable en terres d'esclavage l'écart en nombre d'années entre l'espérance moyenne de vie des colons esclavagistes, d'une part, des esclaves, d'autre part. Pondérable la quantité de travail fournie par l'esclave. Mesurable la part (la part ?) qui lui revient du « miracle économique» de l'industrie sucrière et de quelques autres. À combien la journée de travail sera-t-elle chiffrée? Combien de millions d'esclaves? Combien de journées ouvrables pour l'esclave dans l'année? Combien d'années volées? Tout cela fait combien de millions de journées, une fois additionnées les durées de vie de chaque esclave avant de mourir d'épuisement ou sous les coups ou les châtiments les plus cruels? Et si l'espérance de vie des esclaves est brutalement inférieure à celle des colons et des petits Blancs, chiffrera-t-on les années volées, celles qui témoignent le plus fort de la nature indiscutablement génocidaire de toute l'entreprise, au même prix que les années de labeur? L'État, qui choyait les compagnies négrières, versait au négrier une prime par tête de nègre - la prime devait atteindre sa valeur maximale aux années glorieuses du début de la Révolution: ça fait combien toutes ces primes, du début à la fin de l'infâme commerce? Quantifiables, les bouleversements des économies intra-africaines, dont la traite de signe chrétien (il ne sera pas question ici de la traite de signe musulman, aussi féroce, aussi brutale, aussi massive que celle qui nous occupe) est responsable. Combien, ces bouleversements?

Toutes ces données sont quantifiables. Il faut et il suffit que des his­toriens de l'économie nourrissent de données leurs ordinateurs. Qui cra­cheront des chiffres. Dont la monstruosité des plus hauts épouvantera. Dont la minceur des plus bas sera néanmoins révoltante. Au beau milieu de cette fourchette, le chiffre moyen, cruellement spectaculaire, apparaî­tra comme l'approximation la moins aberrante du vrai. Qu'on s'y tienne. Que le droit s'en empare. Et qu'il impose réparation à sa hau­teur, sachant qu'il ne gommera pas pour autant la crapulerie de ce géno­cide utilitariste, dont les descendants actuels et à venir des victimes gar­deront inentamé le droit (parce qu'ils l'ont) d'en gérer la mémoire comme bon leur semblera... ou comme ils pourront. On n'aura quantifié que le quantifiable, pondéré que le pondérable. Et on aura fourni au droit les données économiques dont il a besoin pour s'imposer avec force. Il suffit de vouloir et de faire savoir qu'on veut à qui doit réparer.


Qui doit réparer? Les nations de chrétienté, à la mesure exacte des légitimations qu'elles ont produites de ce commerce et de cette lente extermination génocidaire. À la mesure exacte des débordements de ces légitimations qu'elles ont tolérés, qu'elles n'ont pas poursuivis, dont elles se sont charitablement arrangées. Personne n'aura le front d'invo­quer là contre une prescription quelconque résultant « logiquement» d'un changement de régime et de code, opérant une rupture totale avec un passé historique. Le crime dont nous parlons est imprescriptible. Si l'État y est impliqué, cette imprescriptibilité suppose, c'est une évidence, sa continuité.

Parlons France. Révolution, empires, restaurations, une quasi-demi­ douzaine de républiques ou une petite paire, la continuité de l'État est, chez nous, un principe administratif, théorique, juridique, culturel incontournable, dont les incidences sont de tous les jours et de tous les instants. Dans cette continuité la Ve République évoque les fastes de l'histoire de France, s'émeut du baptême de Clovis, célèbre le fantas­tique allant du juridisme de Colbert et la belle rigueur du Code Napo­léon. Le très chrétien Code noir naît avec Colbert, triomphe sous la Révolution et périclite avec elle, renaît avec Bonaparte, expire aux auro­res de la Il' République. Belle continuité de l'État! Et cet État cherche­rait, à grands frais d'avocats, ailleurs qu'en lui-même le criminel de ce crime contre l'humanité? Ailleurs qu'en lui-même l'assassin devant réparation? Irait-il, pour se dédouaner, fouiller dans les archives, fureter dans les livres de comptes des armateurs, des colons, des négriers, des moines, des archevêques, des békés, de tous ces parfaits serviteurs de sa politique de mort, et poursuivre leurs descendants, même ceux des pré­1ats et des moines?


Comment réparer? Restons en France, bien que l'argumentaire développé vaille pour chacune des nations de chrétienté et des États qui les trament ayant participé à ce crime contre l'humanité.

Reprenons cet article 5 de la proposition de loi Taubira, qui tomba à 1a poubelle de l'histoire - c'est le cas de le dire - dès l'analyse du texte en commission des lois, sans même franchir le seuil de l'hémicycle. Que disait-il ?

« Il est instauré un comité de personnalités qualifiées chargées de déterminer le préjudice subi et d'examiner les conditions de réparation due au titre de ce crime. Les compétences et les missions de ce comité seront fixées par décret du Conseil d'État. »

Que pourrait-il jumeler, ce comité, à titre de « réparation due », au désastre pluriséculaire et intercontinental, même abstraction faite de l'intensité du négoce avant codification franche et royale en 1685 et de sa continuation républicaine et chafouine après l848? La rémission de la dette de tel et tel pays africains ci-devant razziés pour faire pousser la canne à sucre et le coton français? La restitution à Haïti des 150millions d'or dont la France républicaine aussi bien qu'impériale lui exigea le paiement en dédommagement de sa perte ? La levée de l'obstacle financier aux projets indépendantistes antillais? La correction des inégalités scandaleuses, abyssales sur les « terres d'esclavage » entre les fortunes des héritiers des colons et les gagne-pain des descendants d'esclaves? La constitution d'un fonds de solidarité géré par l'ONU, destiné au dévelop­pement, l'éducation et la santé des groupes de populations civiles des­cendant d'esclaves déportés ? Tout cela à la fois, sans préjuger de tant d'autres projets que suggéraient à coup sûr les ayants droit, si le comité daignait, la moindre des choses, demander leur avis? Le comité aurait de quoi faire et l'Etat devrait favoriser le débat, qui déborderait évidemment le cercle des «personnalités qualifiées» dont il devrait seconder les efforts et s'approprier les décisions, Aussi simple que cela.

Dire, comme la ministre de la Justice en plein Parlement, que « le gouvernement ne pouvait se situer dans une perspective d'indem­nisation, qui, en pratique, serait impossible à organiser» (JO, Débats, 19 février 1999, p, 1659), souhaiter, comme le secrétaire d'État à l'Outre­mer, qu'on ne parlât plus de réparations parce que « l'indemnisation et la réparation posent des problèmes très complexes », (Jo, ibid., p. 1664), c'est insulter, du haut du gouvernement, chacun des ayants droit tout en se moquant de l'État, qualifié en plein parlement par deux ministres socialistes d'incapable de pouvoir faire face à la «complexité» d'une urgence juridique criante.


Saluons donc pour finir, de M. de Tocqueville à Mme Guigou et à M. Queyranne, la merveilleuse continuité de l'État républicain. »


Sala-Molins, L., Le Code Noir ou le calvaire de Canaan, Paris, 1987


 

 

Retour à la liste des livres

 



Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 14:54
Roger Bastide compte parmi les plus grands maîtres de l'ethnopsychiatrie et de la sociologie contemporaine. Peu diffusée de son vivant, son œuvre connaît aujourd'hui un regain d'intérêt. Dans cet ouvrage, devenu un classique, il étudie les survivances religieuses africaines au Brésil à travers le candomblé de Bahia.
Le candomblé est, au son du tambour, au rythme du coeur, une transe, un rite de possession permettant une découverte de nos forces inconscientes. Ce rite brésilien était au XVIème siècle celui des esclaves venus du Bénin (Afrique de l'Ouest), sur les exploitations sucrières du Brésil. Il recréait, dans leurs mémoires, leurs croyances millénaires, les rites indiens nouveaux s'affirmant en une large syncrèse avec le christianisme. Le candomblé est aussi une thérapie qui libère. Les croyants dansent, entrent en transe puis vivent des crises de possession. Les dieux africains s'incarnent dans leurs enfants brésiliens. Rites, mythes, initiations, sacrifices, l'auteur, érudit et compréhensif, dissèque cette religion. Une enquête passionnante qui met en évidence la force et la profondeur des religions considérées comme primitives.
Ce livre rappelle avec force que la pensée des peuples premiers n'émane pas de rites informes, mais d'une philosophie, dont notre ignorance nous empêche de saisir cette profondeur. Un grand classique qui touche toutes les sciences sociales (sociologie, anthropologie, histoire, géographie, sciences religieuses, psychologie et philosophie). Les milieux médicaux sont éminemment concernés. Une méthode pour comprendre la montée des nouvelles forces et sectes religieuses en cours dans la France plurielle. Une technique de libération de l'imaginaire en relation avec la danse et la musique.
Cette réédition, qui compte des annexes inédites, est un événement dans la Collection Terre Humaine.


Partager cet article
Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:09

Comme naguère Jean-Jacques Rousseau dénonçait le scan dale d'une société fondée sur l'inégalité, avec la même clarté, et un bonheur d'écriture que seule peut inspirer la passion du juste, Aimé Césaire prend ses distance par rapport au monde occi dental et le juge.


Ce discours est un acte d'accusation et de libération. Sont assignés quelques ténors de la civilisation blanche et de son idéologie mystifiante, l'Humanisme formel et froid. En pleine lumière sont exposées d'horribles réalités: la barbarie du coloni sateur et le malheur du colonisé, le fait même de la colonisation qui n'est qu'une machine exploiteuse d'hommes et déshumani sante, une machine à détruire des civilisations qui étaient belles. dignes et fraternelles. C'est la première fois qu'avec cette force est proclamée, face à l'Occident, la valeur des cultures nègres.

Mais la violence de la pureté du cri sont à la mesure d'une grande exigence, ce texte chaud, à chaque instant, témoigne du souci des hommes, d'une authentique universalité humaine. Il s'inscrit dans la lignée de ces textes majeurs qui ne cessent de réveiller en chacun de nous la générosité de la lucidité révolu tionnaires.

« [...]Oui, nous constituons bien une communauté, mais une communauté d'un type bien particulier, reconnaissable à ceci qu'elle est, qu'elle a été, en tout cas qu'elle s'est constituée en communauté: d'abord, une communauté d'oppression subie, une communauté d'exclusion imposée, une commu nauté de discrimination profonde. Bien entendu, et c'est à son honneur, en communauté aussi de résistance continue, de lutte opiniâtre pour la liberté et d'indomptable espérance.

A vrai dire, c'est tout cela, qu'à nos yeux de jeunes étudiants (à l'époque Léopold Senghor. Léon Damas, moi-même, plus tard, Alioune Diop. et nos compagnons de Présence Africaine) ; c'est tout cela que recouvrait et que recouvre aux yeux des survivants du groupe le mot tantôt décrié, tan tôt galvaudé, de toute manière un mot d'un emploi et d'un maniement difficiles: le mot Négritude.

La Négritude, à mes yeux, n'est pas une philosophie.


La Négritude n'est pas une métaphysique.

La Négritude n'est pas une prétentieuse concep tion de l'univers.

C'est une manière de vivre 1'histoire dans l'his toire: l'histoire d'une communauté dont l'expé rience apparaît, à vrai dire, singulière avec ses déportations de populations, ses transferts d'hommes d'un continent à l'autre, les souvenirs de croyances lointaines, ses débris de cultures assassinées.

Comment ne pas croire que tout cela qui a sa cohérence constitue un patrimoine?

En faut-il davantage pour fonder une identité?[...]

C'est-à-dire que la Négritude au premier degré peut se définir d'abord comme prise de conscience de la différence, comme mémoire, comme fidélité et comme solidarité.

Mais la Négritude n'est pas seulement passive.

Elle n'est pas de l'ordre du pâtir et du subir.

Ce n'est ni un pathétisme ni un dolorisme.

La Négritude résulte d'une attitude active et offensive de l'esprit.

Elle est sursaut, et sursaut de dignité.

Elle est refus, je veux dire refus de l'oppression.

Elle est combat, c'est-à-dire combat contre l'inégalité. Elle est aussi révolte. Mais alors, me direz-vous, révolte contre quoi? la Négritude a été révolte contre ce que j'appellerai le réductionnisme européen.

Je veux parler de ce système de pensée ou plutôt de l'instinctive tendance d'une civilisation éminente et prestigieuse à abuser de son prestige même pour faire le vide autour d'elle en ramenant abusivement la notion d'universel, chère à Léopold Sédar Senghor, à ses propres dimensions, autrement dit, à penser l'universel à partir de ses seuls postulats et à travers ses catégories propres. On voit et on n'a que trop vu les conséquences que cela entraîne: couper 1 'homme de lui-même, cou per l'homme de ses racines, couper l'homme de l'univers, couper l'homme de l'humain, et l'isoler, en définitive, dans un orgueil suicidaire sinon dans une forme rationnelle et scientifique de la barba rie. [...]».

Le Discours sur le colonialisme est suivi du Discours sur la Négritude, qu'Aimé Césaire a prononcé à l'Université Internationale de Floride (Miami), en 1987.

 







Retour à la liste des livres




Partager cet article
Repost0